Memento

25 juillet 2008

« souviens-toi », c’est ce que je veux dire en latin le titre de ce long métrage sortit en 2000.

Mais se souvenir, c’est précisément ce que ne peut pas faire Leonard Shelby – notre protagoniste – il ne peux pas se rappeler quoi que se soit plus de 10 minutes, ce qui est problématique quand on vient d’abattre un homme de sang froid : « Pourquoi je l’ai buté déjà ? merde je sais plus ».

Le film se déroule alors dans un ordre anti-chronologique, pour plonger le spectateur dans le même brouillard que celui où se déplace en permanence le héros.

A noté que ce film a été salué – entre autres – pour son réalisme du point de vue médicale.

Voila un court article mais qui présente pourtant un véritable chef-d’œuvre du cinéma, et plus particulièrement du genre film-puzzle. Memento est donc à voir, deux fois même, par tout les moyens possibles, l’un d’eux étant étant de prêter attention à l’affiche adjacente.

wiwi

Kevin Spacey

3 juillet 2008

Je n’ai vu que trois films dont le casting mentionne cet acteur; les deux premiers sont de ceux qu’on se doit d’avoir vus avant de mourir (les contrevenants irons bien évidement en enfer), et le troisième, qui est toujours en salle, est bon mais ne deviendra probablement jamais culte.

1995 : The Usual Suspects.

Pour faire court; Spacey incarne Verbal Kint, un malfrat minable qui est pourtant le seul survivant du dernier massacre perpétré, dit-on, par Keyser Söze, l’homme dont l’existence ou non relève presque de la foi. Probablement le film qui offre les plus belles dernières minutes, la fin la plus splendide qui soit.

1995 : Seven

On pourrait dire qu’ici Kevin Spacey est à la limite de la figuration , mais il a tout de même le droit à une tirade des plus poignantes. Quant à l’histoire, il s’agit de deux inspecteurs (Brad Pitt et Morgan Freeman) à la poursuite d’un tueur qui a lut un peu trop de fois Le Paradis Perdu de Milton. On notera que les victimes n’ont vraiment pas dû apprécier leur mort.

2008 : Las Vegas 21

Comme je le disais, un film à voir si vous en avez l’occasion, mais sans plus. Les casinos de Las Vegas ont des millions dans les coffres, le petit génie Ben Campbell a besoin de beaucoup d’argent pour poursuivre ces très hautes études, et le professeur Micky Rosa (joué par celui qui nous intéresse aujourd’hui) recrute des étudiants pour mettre à bas les stoïques croupiers de black jack. En découle un film beau qui fait un peu penser à « Attrape moi si tu peux ».

Dans l’hypothèse où vous n’auriez pas déjà vu les deux premiers, je répète qu’ils sont à voir sur le champ

wiwi

Greffier

27 juin 2008

Merci à celui qui a trouver cette la page (c’est vrai que quand on s’ennuie en stage et qu’on a internet on a le temps de chercher ce genre de choses), qui fait partie de la longue liste des trucs dont on se lasse vite.

Le principe est simple, vous devez taper une liste de mots en une minute (avec, si possible, un minimum de fautes de frape) et le site vous donne votre score. Quoi de tel qu’une ou deux séances de dactylographie pour bien commencer les vacances ?

Lien : Speedtest

wiwi

The Happening

11 juin 2008

Si vous aussi, vous aimez bien les films de zombis (pas forcements bons), les films où l’armée combat une force surnaturelle, laquelle massacre les populations (et que ça vous faire bien rire d’ailleurs), alors surtout n’allez pas voir cette chose qui est apparus sur les écrans de cinéma aujourd’hui, et qui porte le nom francisé de « Phénomènes ».

Des gros plans ridicules, des dialogues plats, des doublages monotones (peut être comme les voix originales), et bien sûr des scènes ennuyantes à mourir. et Je vous épargne le scénario digne d’une expression écrite d’un élève de primaire . . .

Les seuls scènes captivantes (car macabres, soyons clairs) , sont celles visibles dans la bande annonce. C’est dans cette même bande annonce que le film se targue d’avoir été réalisé par M. Night Shyamalan (réalisateur et scénariste de « Sixième sens » et de « Signes »), mais ne prêtez pas attention ce détail, car, même si ont reconnais un style commun à The Happening et Signes, Phénomènes reste un mauvais film.

wiwi

JCVD

9 juin 2008

Les apparences sont parfois trompeuses. Ainsi, comme je l’ai déjà dis, en allant voir le dernier Indinia Jones, on découvre une abomination du grand écran là où on espérait la digne suite des trois premiers épisodes.

De même, c’est en allant voir JCVD, film dont le titre seul suffirait à effaroucher le cinéphile que je ne suis pas, qu’on tombe en réalité sur un très bon long métrage. Non pas que Jean-Claude Van Damme et autres gros bras du cinéma soient les signes distinctifs de films sans profondeur, mais presque.

Et voila donc en réalité une heure trente où l’acteur, jouant son propre rôle, nous offre des scènes drôles, mais pas seulement . . . On ne tombe heureusement jamais dans le ridicule bien connu des films à la Rambo.

Vous n’aurez pas besoin d’avoir vu la filmographie complète de l’homme (Street Fighter suffira) pour apprécier ce film franco-belge, mais seulement d’être accompagné, car c’est, selon moi, le genre de film qu’on ne va pas voir seul, sous peine d’en ressortir en désaccord avec mon jugement, chose qui frise l’hérésie.

wiwi

La Coupe des Mousquetaires, 2008

8 juin 2008

Le second tournoi du Grand Chelem 2008 s’est soldé par une finale décevante, en particulier pour les partisans du champion suisse, et surtout, surtout, pour les opposants à l’actuel leader sur terre battue. Et pour cause, 6-1 / 6-3 / 6-0 en est le triste score.

On a de plus trop peu entendus pendant ce match les rangs mondiaux des antagonistes, ce qui est bien dommage, car il semble que certains aient tout simplement oublié le fait, purement accessoire, que Roger Federer est le numéro un mondial depuis quatre années et, à moins d’un malheureux concours de circonstances, le restera encore en 2008. A cela j’ajoute les trois Petits Chelem enregistrés en 2004, 2006 et 2007.

Car Roland Garros n’a pas changé les scores au classement mondial des deux tennismen : En haut du classement de l’ATP trône toujours le suisse avec 6675 points, précédant Nadal et ses 5585 (ridicules) points. Le roulement continu de ce classement fait qu’une défaite de Federer contre l’espagnol en finale de Wimbledon entrainerait un échange de 300 points entre les deux joueurs.

Mais Wimbledon, qui débutera à la fin du mois de juin, est bien sur le tournois du gazon, terrain sur lequel l’espagnol ne fera, je l’espère, pas le poids face au leader mondial.

wiwi

La colle de maths

4 juin 2008

Voici une petite vidéo qui s’adresse principalement aux sacrés veinards qui ont, qui ont eu ou qui auront la chance de passer par une classe préparatoire un tant soit peu scientifique.

Pour ceux qui ne connaissent pas le principe, une colle c’est une heure, un tableau, trois élevés, et un colleur qui se chargera de vérifier si le cours de la semaine, ses démonstrations et ses applications ont bien été assimilées.

Les images qui suivent mettent en scène un étudiant un peu largué (mais pas autant que moi en colle de physique cet après midi) face à la hantise de tout élève collé, j’ai nommé « le professeur sadique qui rate pas une occasion de mettre encore plus mal à l’aise les gens qu’il colle ».

Personnellement, je ne doute pas une seconde que de tels professeurs existent. mais ce genre de choses, ça n’arrive qu’aux autres.

wiwi

Lost

31 mai 2008

Les deux derniers épisodes de la quatrième saison ont étés diffusés jeudi soir sur la ABC, c’est l’occasion pour moi de revenir sur cette série, qui est pour le moment la seule que je regarde.

J’étais de ceux qui aux débuts de la série sur TF1 (il y a de ça 3 ans), la dénigrais sans même en avoir vus un épisode entièrement : Le concept ressemblait (disais-je) beaucoup trop a un plagia du livre « Sa Majesté les mouches ».

Mais ma faute est désormais largement expiée, et j’invite les brebis égarées que vous êtes peut être à rejoindre les rangs.

Car en fait, le concept est tout autre : Les survivants d’un crash se retrouvent sur une ile, qui n’a rien a voir avec les banales morceaux de terre qu’ont foulé Robinson Crusoé ou les protagonistes du livre cité plus haut. Non, cette ile là est en tout points spéciale, étrange, mystérieuse . . . Mais de tout les adjectifs que je pourrait énumérer pour décrire l’ile et donc la série, le mieux adapté est sans doute « irrationnelle ».

D’où un scénario totalement imprévisible et constellé d’interrogations qui sont en partie coupables de mon addiction.

Mais subjectivement, le plus gros point fort de cette série est Benjamin Linus, probablement le personnage fictif le plus intriguant, le plus . . . (je vous épargne ici l’éloge de 10 pages à son sujet), qu’il m’ai été donné de voir à l’écran. Soit dit en passant, Ben Linus est joué par Michael Emerson – que vous avez notamment pu voir dans le magnifique « Saw » – acteur qui a surement signé le plus grand rôle de sa vie dans Lost.

Un seul bémol : étant donné que les scénaristes ont construit quelque chose d’extrêmement dense, aux allures de pelote de laine, avec une liste de mystères qui s’allonge globalement, et sachant qu’il ne reste que deux saisons (d’une douzaines d’épisodes chacune), on est en droit de se demander si ils vont réussir à trouver une échappatoire . . .

. . . autrement dit, une fin acceptable pour la série.

wiwi

Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal

25 mai 2008

Nul, Zéro, Pitoyable, Ridicule, Ennuyeux, Soporifique . . . et je m’arrêtes là pour ne pas avoir à déballer les jurons qui se disent mais ne s’écrivent pas.

Il vous ai sûrement déjà arrivé de frôler le sommeil en cours : vous savez, quand vos paupières pèsent très très lourd, vos yeux se ferment pendant 5 secondes et quand ils s’ouvrent de nouveau vous vous rendez compte avec horreur que vous êtes toujours dans cette même salle de cours, avec ce même tableau en face de vous, et cela un plusieurs fois de suite.

Et bien hier j’ai eu le droit à cette désagréable sensation au beau milieu d’une salle de cinéma, en regardant ce fiasco qu’est le 4ème épisode des aventures du célèbre professeur Jones, surtout vers la fin (au moment ou l’action est sensé devenir intense).

J’aimerais bien vous servir une petite liste des choses qui me pousse a être aussi catégorique, mais par respect pour celles et ceux qui voudrais tout de même dépenser plus de 5€ pour aller voir cette arnaque, je ne le ferais pas.

A titre de comparaison, sachez que j’ai éprouvé autant de plaisir à voir ce film qu’a voir voir Benjamin Gates et le Livre des Secrets, film ô combien grotesque lui aussi.

wiwi

Rick Dangerous

15 mai 2008

Voici un jeu que j’ai croisé dans mon enfance, et dont la difficulté n’avait (n’a) d’égale que celle de Prince of Percia, tout premier du nom. C’est à croire que les concepteurs voulaient réellement que les gens s’énerve dès la première minute de jeu.

Rick est un petit personnage, armé en tout et pour tout d’un revolver (vous n’avez donc que six balles), de six charges explosives, d’autant de vies, et d’un bâton de combat (d’une inutilité quasi notoire). Il se balade dans des niveau en deux démentions tout simplement bourrés d’ennemis et de pièges mortels, et c’est un doux euphémisme. Certains de ces pièges étant carrément invisibles, c’est à dire que le seul moyen de voir qu’il sont là est de tomber dedans.

Je n’ai jamais eu la joie de finir un des quatre niveau du jeu, même avec le mode « je suis un gros tricheur qui en a marre de recommencer depuis le début à chaque fois, et j’ai une infinité de vies, de balles et de bâtons de dynamite » que je vous conseil d’ailleurs d’activer à chaque partie, en pressant la touche de votre clavier marquée d’une flèche dirigé vers le coin supérieur gauche (ou touche « Home »).

Sans ce détail, qui ne gâche en rien le jeu (il le rend même supportable), soyez assurer d’atteindre la folie furieuse avant la fin du dernier niveau. De plus, s’il est activé pendant la présentation, il vous permettra de choisir le niveau de départ, ce qui est utile vu qu’aucune sauvegarde n’est possible.

Le site qui suit vous propose une copie conforme de la version d’origine de ce jeu qui peut se voir attribuer la très poétique étiquette « Die and retry ». Bon courage !

Lien : Rick Dangerous

wiwi